Depuis plus 50 ans au cœur de Boulogne-Billancourt
25 juin

Fiez-vous à une bonne estimation à Boulogne-Billancourt ou attendez-vous à une négociation !

La maison  la loupe

Vous avez un logement à vendre à Boulogne-Billancourt ? Par chance, actuellement, les taux sont bas. Et depuis l’élection d’Emmanuel Macron, ils restent stables, alors c’est le bon moment pour le mettre sur le marché. Depuis le début de l’année, la demande est forte. Conséquence de ce regain d’acheteurs sur le marché, les biens à vendre sont plus rares.

Ne surévaluez pas votre logement
Ce n’est pas une raison pour autant pour gonfler votre prix de vente. Si vous avez fait faire une estimation à Boulogne-Billancourt, fiez-vous aux recommandations de l’agent immobilier qui a réalisé ce travail. À moins que vous ayez envie de perdre du temps…

Certes, actuellement, les prix remontent, mais lentement… Si vous augmentez de façon excessive, le prix de votre logement à Boulogne-Billancourt, les acheteurs qui utilisent le web pour chercher un bien à acheter et pour connaître les prix, le verront immédiatement ! Alors que feront-ils ? De deux choses l’une : soit ils se désintéresseront du bien, soit ils négocieront.

Cette tendance à la négociation sera d’ailleurs de mise dans les prochaines semaines. Actuellement, selon le baromètre LPI-SeLoger, les marges de négociation – dont le niveau est inhabituellement bas pour la saison – n’évoluent pas malgré une forte demande. Seulement, les prix de l’immobilier flambent, et ce, surtout dans les grandes villes (+10% à Bordeaux, +6,6% à Paris, + 5,3% dans les Hauts-de-Seine…). Ceci n’a pas échappé aux candidats à l’accession. Pensez-vous qu’ils aient envie d’acheter au prix fort ? Ils ont compris que les prix de l’immobilier remontent un peu partout alors ils sont plus vigilants.

Un candidat à l’accession sur deux affirme qu’il aura recours à la négociation de manière systématique, quel que soit le prix de vente du bien ciblé. Et beaucoup envisagent de réserver cet exercice à la seule éventualité où ils jugeraient que le prix du bien ciblé est trop élevé.

C.V. / Bazikpress © Richard Villalon

Article précédent


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée