Depuis plus 50 ans au cœur de Boulogne-Billancourt
28 sept

Votre agence immobilière de Boulogne-Billancourt vous parle de fiscalité

AdobeStock_72460912

Les acheteurs sont de retour et le niveau de demandes de prêts atteint de nouveau des sommets ! Dans ce contexte, et alors que de nombreux Français s’apprêtent à devenir propriétaires, il faut savoir que, malheureusement le poids de la fiscalité reste élevé et la part qu’elle représente dans le budget des propriétaires est toujours importante. Si la fiscalité locale va certes diminuer pour les heureux exemptés de taxe d’habitation, qui ne paieront plus « que » la taxe foncière, il n’en demeure pas moins que son poids dans un achat immobilier reste réel. Vous voulez acheter un bien immobilier à Boulogne-Billancourt ? Quel est le poids réel de la fiscalité locale (avec ou sans taxe d’habitation) dans le cadre d’un financement immobilier ?

« En moyenne, pour les 10 grandes métropoles françaises, la fiscalité locale représente 183 € de plus par mois à acquitter », explique Maël Bernier, porte-parole et Directrice de la communication de Meilleurtaux.com. Cela signifie que la mensualité moyenne est augmentée de 183 € toutes villes confondues. Mais si Paris affiche « seulement » 97 € supplémentaires mensuels, autant dire pas grand-chose par rapport au 3 288 € nécessaire par mois pour financer 70 m² au taux actuel. Un Bordelais devra par exemple payer au total 1 790 € (fiscalité incluse) pour 1 571 € sans, soit 219 €. La plus mauvaise élève est Nîmes, suivie de très près par Montpellier avec respectivement 230 et 225 € en plus sur la mensualité moyenne.

Plus le prix de l’immobilier est faible, plus le poids de la fiscalité locale est élevé proportionnellement. Ainsi les plus mauvais du classement sont ceux qui sont d’habitude les grands champions du pouvoir d’achat immobilier. Prenons l’exemple de Saint-Étienne. Pour les Stéphanois, l’achat d’un 70 m² en incluant taxe foncière et taxe d’habitation revient à emprunter à un taux de 5 %, alors qu’à Paris, le rapport entre prix de l’immobilier et taxes étant clairement en faveur des dernières, le taux ne monte finalement qu’à 1,70 % par rapport à 1,40 % sans taxes.
« Ainsi, à l’exception de Paris, dans les 19 autres grandes villes de France, le poids des taxes fait grimper le taux d’intérêt d’au moins 1 point », explique Maël Bernier.

C.V. / Bazikpress © Adobe Stock

Article précédent


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée